Miniature de la couverture de l'album Le livre qui dort

C'est bientôt l'heure de dormir. Est-ce que ton livre s'est lavé les dents ? A-t-il eu droit à un gros câlin ? Est-ce qu'il a pensé à aller faire pipi ? ! Chut !!! Le voilà qui ferme les yeux....

Le livre qui dort / Cédric Ramadier et Vincent Bourgeau. - L'école des loisirs, 2015

Miniature de la couverture du roman Nous les menteurs

Bienvenue dans la splendide famille Sinclair. Tous sont beaux, riches, sveltes, sportifs, intelligents. Aucun n'a le droit à l'échec. Ils passent leurs étés sur une île privée au large du cap Cod. Cadence est l'aînée des petits-enfants. Voici son histoire et celle des Menteurs, quatre adolescents à l'amitié indéfectible. Un drame familial époustouflant où culmine le suspense, et dont on ne sort pas indemne.

Nous les menteurs / E. Lockhart. - Gallimard Jeunesse, 2015. - 272 p.

Miniature de la couverture du roman Fahrenheit 451

451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s'enflamme et se consume. Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif. Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d'un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l'imaginaire au profit d'un bonheur immédiatement consommable.
Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé.

Fahrenheit 451 / Ray Bradbury. - Gallimard, 2007. - 213 p.

 

 

Miniature de la couverture du roman Mon acrobate

"Zoé nichait à l'intérieur de moi, dans le moindre repli de ma peau, dans mon ventre, entre mes bras, derrière mes paupières, dans l'air que je respirais. Elle ne me laissait pas de répit". Ce matin, Izia regarde son mari quitter l'appartement où ils ont élevé leur fille Zoé, renversée par un chauffard quelques mois auparavant. Izia n'a pas un geste pourle retenir. Elle est soulagée d'être seule avec son chagrin, libre de s'enfermer dans la chambre intacte de Zoé.
Mais au fil des jours, la faim, le besoin de marcher, de sentir le soleil sur sa peau, reviennent. Izia comprend qu'elle doit vivre cet "après" et trouver une activité où nul ne sait rien de sa perte. Elle a l'idée de proposer ses services à des gens souhaitant débarrasser le domicile d'un proche disparu. Ainsi Izia devient-elle une drôle de déménageuse. Pour l'aider, elle embauche Samuel, un jeune homme au franc-parler déconcertant et aux fragilités touchantes.
Cette rencontre, et toutes celles suscitées par son travail incongru, sont les premiers fils bien fragiles qui ramèneront peu à peu cette femme perdue vers la vie.

Mon acrobate / Cécile Pivot. - Calmann-Lévy, 2022. - 251 p.

Miniature de la couverture de la bande dessinée Bichon

Ce livre, signé Roger Moore est un opus passionnant où l'on retrouve tous les thèmes et tous ingrédients qui fondent la légende de cet agent secret "so british" avec humour, flegme, précision, autodérision, sens du devoir et de l'amitié, détachement suprême devant le danger, et fabuleux pouvoir de séduction... En s'exprimant souvent à la première personne, Roger Bond... non, James Moore..., enfin, l'auteur du livre, donne un relief très savoureux à son récit qui passe en revue tous les personnages qui ont fait et font le succès des films : ses collègues acteurs (on sent qu'il a un faible, pour ne pas dire une forte admiration pour Daniel Craig, le Bond du Troisième Millénaire...), les légendaires producteurs et metteurs en scène qui sont devenus ses amis, les créatures de rêve qu'il a côtoyé à l'écran mais pas seulement, et le style Bond, ses objets fétiches, en un mot l'inimitable signature d'un mode de vie de rêve, entre dangers permanents et plaisirs imminents.
Vous pensiez tout savoir sur Bond, c'est que vous ne connaissiez encore pas James, alias Roger Moore, et son livre Bond par Bond.

Bond par Bond / Roger Moore, Gareth Owen. - Du May, 2019. - 223 p.

Miniature de la couverture du roman Journal d'un chat assassin

Lundi, j'ai tué un oiseau. C'est vrai. Ellie, ma maîtressse, a sangloté si fort en me serrant contre elle que j'ai cru me noyer. Mais dites-moi, qu'est-ce que je suis censé faire quand une petite boule de plumes m'arrive entre les pattes ? Je suis un chat, tout de même. Mercredi, j'ai rapporté une souris morte à la maison. Je ne l'avais même pas tuée mais Ellie a encore beaucoup pleuré. Le journal d'un chat assassin a été adapté en BD par Véronique Deiss, d'après le texte de Anne Fine, chez Rue de Sèvres.

Journal d'un chat assassin / Anne Fine, Véronique Deiss. - L'école des loisirs, 1998. - 78 p.

Sous-catégories